We All Share Roots

L’assaillant aurait par ailleurs combattu pour l’Etat islamique (EI) en Syrie. L’organisation djihadiste a revendiqué l’attentat contre le Reina. « L’agresseur avait l’expérience du combat, c’est certain. Il se pourrait qu’il ait combattu en Syrie pendant plusieurs années », ont expliqué des sources au sein des services de sécurité.

L’auteur de la fusillade a abattu un policier et un civil à l’entrée du club, avant d’y ouvrir le feu à l’arme automatique. Il a rechargé son arme une demi-douzaine de fois et achevé des blessés qui gisaient au sol. Il aurait aussi utilisé des chargeurs doubles, pour optimiser le temps de rechargement, et des grenades aveuglantes pour désorienter ses cibles.

Plusieurs médias ont également rapporté mardi que le tueur présumé s’était installé en novembre à Konya, dans le sud de la Turquie, avec son épouse et leurs deux enfants, afin de ne pas éveiller les soupçons. Selon Dogan, l’épouse pourrait faire partie des personnes en garde à vue. Les enquêteurs estiment par ailleurs que l’assaillant serait lié à une cellule ayant commis un triple attentat-suicide à l’aéroport Atatürk d’Istanbul qui avait fait 47 morts en juin, imputé à l’EI par les autorités, selon Hürriyet.

Leave a reply

Your email address will not be published.